Español Inglés Francés Alemán

  • 2 DSC_7311 1600x550x300
  • CLAUSTRO COLEGIATA 1600X550X300
  • cuesta rehoya 1600X550X300

Rues

#Turismo

C’est l’avenue de continuation de la première entrée à Osuna, provenant de l’autoroute A-92 depuis Malaga, Grenade et Almería. Grande et avec beaucoup d’activité, c’est une avenue pleine de commerces, établissements, infrastructures et équipements, comme l’hôpital régional, la résidence universitaire, la gare routière, points pour le contrôle technique périodique des véhicules légers, station de recyclage et bâtiments publiques comme la Maison de la Jeunesse.

 

 

C’est l’une des rues avec plus d’activité touristique et locale, puisqu’elle présente un grand nombre de bars, restaurants et établissements de loisir. En plus, on y trouve le plus grand espace vert d’Osuna, le parc San Arcadio, où les jeunes et les plus âgés se donnent rendez-vous pour se relaxer en famille ou contempler les différentes espèces de flore qu’on y trouve.

 

 

 

Cette magnifique rue de la municipalité est l’une des plus fréquentée. Il y a nombreux commerces et établissements qui font d’elle une rue plein de dynamisme. On y trouve l’ancienne Posada de la Gomera et, dans l’une de ses bouts, il est possible d’accéder à la Mairie et à la Plaza Mayor à travers une arcade.

C’est la rue commerçante d’Osuna par excellence. Cette origine mercantiliste remonte au XVIe siècle, le « siècle d’or » d’Osuna.

Cette rue, point névralgique de la ville, a toujours été l’axe économique et social autour duquel on a réalisé les différentes étapes d’ampliation qui ont constitué l’aspect actuel d’Osuna. La rue commence au pied de l’ancienne Porte d’Écija, connue aujourd’hui comme Arco de la Pastora, et arrive jusqu’à l’autrefois connue comme Puerta de Teba, où on trouve la Mairie maintenant.

 On ne pourrait pas parler de la distribution urbanistique de la ville sans tenir compte de la rue Carrera. Origine et fin des principales rues de la ville, on trouve dans cette rue un grand nombre de bâtiments d’une valeur patrimoniale indéniable, ainsi que ses commerces caractéristiques. Se promener dans cette rue les soirs d’été, quand l’ombre commence à rafraîchir la pierre et la chaux, est une activité plaisant et gratifiant.

 

 

Cette rue doit son nom au Couvent de la Compañía de los padres Jesuitas, localisé dans cette rue. Le visiteur peut contempler la majestueuse tour de San Carlos el Real, construite avec la pierre extraite des carrières d’Osuna, entourée des maisons typiques d’Osuna.

Cette rue en centre-ville unit les deux rues les plus monumentales de la municipalité : la rue San Pedro et la rue Sevilla. À l’une de ses bouts, le touriste peut contempler l’imposante Église-Couvent de San Pedro, tout près de la place de Juan XXIII, et déguster les friandises artisanales des madres carmelitas. À l’autre bout, on peut visiter l’Église-Couvent de Nuestra Señora del Carmen.

 

 

Autrefois appelée rue Evandro, elle doit son nom à l’abbé Gordillo.

Dans cette rue il y a beaucoup de maisons dignes d’être admirées.

Cette rue a les avantages et les inconvénients d’être placée entre les rues Sevilla et San Pedro : les avantages architectoniques de n’avoir rien à envier ; et l’inconvénient de passer inaperçue pour le visiteur.

 

Quatre rues presque perpendiculaires débouchent sur la rue Sevilla : l’une d’eux est la rue Hornillos. On assiste à un silence plaisant dans cette rue hospitalière où il est possible d’écouter les pas et les conversations des passants. La rue se présente comme une fissure étroite qui n’a pas besoin de trottoirs. Ses arches successives témoignent les anciennes structures utilisées pour renforcer l’architecture.

 

Cette majestueuse rue en pente, décorée avec des beaux pots de fleurs et géraniums, se trouve dans le quartier de la Rehoya. Le visiteur peut fermer ses yeux pour garder en mémoire ce magnifique paysage blanc avec la pierre de la Colegiata à l’horizon. Avec cette image de chaux et de pots de fleurs, le visiteur finit sa promenade entouré de l’architecture profane de cette belle et hospitalière ville.

 

 

En partant de la Plaza Mayor et en traversant l’arche de la Mairie, on trouve à droite l’ancienne rue Huerta.

La rue appartenait à la Maison Ducale. Il faut souligner le Couvent de Santa Clara et le Palacio de los Cepeda, du XVIIIe siècle, avec l’un des meilleures façades baroques d’Osuna, située au numéro 10.

Au bout de la rue, dans le même trottoir, on trouve le palais du XVIIIe siècle où les ducs d’Osuna ont habité après abandonner le château-forteresse.

La rue débouche dans la Plaza del Duque, construit dans le dernier quart du XVIe siècle sur les terrains cédés par la Maison Ducale pour la célébration des spectacles publics.

 

 

 

Cette rue piétonne, encadrée par un arc en plein cintre, est située dans le centre commercial d’Osuna et donne accès à l’actuelle Plaza de Abastos (marché local), ancien Couvent de San Francisco, duquel on conserve le cloître, où on trouve les stands de vente au public.

C’est la rue avec le plus grand nombre de palais au mètre carré du monde, et l’un des plus belles d’Europe selon l’Unesco. La rue San Pedro est tout une œuvre d’art en pierre. Sur les trottoirs de cette rue large, droite et en pente, on trouve des palais et des maisons nobles de grande somptuosité, liées à notre historie et qui montrent l’évolution des styles architectoniques. Il n’est pas étonnant que le directeur italien Franco Zeffirelli l’ait choisi comme décor pour son film sur la vie de la soprano grecque María Callas.

Dans cette rue, il faut souligner la maison numéro 2, avec une entrée élitiste du milieu du XVIIe siècle ; la maison numéro 21, du XVIIe siècle avec ses blasons héraldiques ; la maison numéro 27, de laquelle il faut souligner la forge de son balcon principal (de 1773) ; le Palacio del Marqués de la Gomera et la Cilla del Cabildo Colegial.

Cette rue, pleine de monuments et en pente douce, est parallèle à la rue San Pedro. Sa perspective est unique : couronnée par la Colegiata, il semble que la figueraie qui entoure le temple commence dans cette rue. Dans l’autre bout de la rue, on trouve la tour de l’Église de l’Espíritu Santo.

Cette rue constitue tout un musée. Le visiteur devrait commencer par l’église de la Concepción, dans la place principale, avec une façade de pierre de taille. Un peu plus bas, on trouve la façade rougeâtre de Santa Catalina, avec l’image de la Sainte avec la roue du martyre. Sur les deux trottoirs, il y a des façades de pierre de taille appartenant aux maisons nobles, qui montrent leur histoire avec des blasons façonnés, et des cours intérieurs magnifiques.

En plein centre-ville, cette discrète ruelle emmène au visiteur au pittoresque quartier de la Rehoya. En montant le dénivelé en terrasses, le touriste arrive à l’une des places la plus singulière de la ville : la place de l’Asunción, sous l’imposante présence de la Colegiata d’Osuna. On trouve dans cette rue des restes de la muraille urbaine de l’époque almohade (XIIe siècle). Cette morceau marquait la sortie au chemin de Teba et s’installait entre la Torre del Agua et l’ancienne Puerta de Granada.

C’est l’une des rues la plus représentative de l’architecture vernaculaire d’Andalousie. Dans cette montée en terrasses, on assiste à l’un des moments le plus significatif de notre Semaine Sainte : la descente de la procession de Nuestro Padre Jesús Nazareno et Ntra. Sra. de los Dolores le matin du Vendredi Saint. À l’un des bouts de la rue, on arrive à la singulière place de l’Encarnación et, à l’autre, à l’almohade Torre del Agua.

Cette montée, au pied de la tour baroque de la Merced, est une autre rue magnifique d’Osuna. La rue, entre édifications de pierre de taille de la carrière d’Osuna, transporte au touriste au Chemin de la Buena Vista, où il est possible de jouir d’une excellente vue panoramique de la ville et de la campagne sévillane.